L’UZ Brussel et ses partenaires au sein du projet imec.icon ROBO-CURE font appel à un robot social pour améliorer la vie et la thérapie d’enfants diabétiques

Première utilisation d’un robot social pour encadrer les soins de santé

Les partenaires du projet imec.icon ROBO-CURE (l’UZ Brussel, Cronos, QBMT, Medtronic Belgium, l’imec, l’UGent et la VUB) présentent aujourd’hui un robot social, capable d’offrir en toute autonomie un accompagnement amélioré et individualisé aux patients atteints d’une maladie chronique. Des technologies d’apprentissage automatique et de l’internet des objets (IdO) ont été intégrées au robot en vue d’optimiser et de personnaliser leur suivi médical. Ce robot a été utilisé pour la première fois pour apporter un soutien aux jeunes diabétiques dans leur traitement juste après le diagnostic.

Un robot social pour une approche personnalisée

« Lorsque le diagnostic d’un diabète est communiqué à un enfant, celui-ci est submergé d’informations. Il doit par ailleurs apprendre à calculer la quantité de glucides de chaque repas pour s’injecter ensuite une dose d’insuline adaptée. Mais une bonne gestion des données fournies par les appareils portables (systèmes de mesure du glucose, pompes à insuline, moniteurs d’activité physique, etc.) se révèle tout aussi importante pour sa prise en charge. « Ce qui n’est pas toujours évident », explique la Prof. Inge Gies, de l’équipe de diabétologie pédiatrique à l’UZ Brussel. « Sans compter que chacun réagit différemment au traitement. Une approche ultra personnalisée s’impose donc. Partant, il faut absolument analyser l’énorme quantité de précieuses données fournies par ces appareils avec autant de rapidité que d’efficacité afin que nous puissions nous en servir pour affiner le traitement en fonction des besoins du patient. C’est surtout directement après le diagnostic et au début de la surveillance de la glycémie, lorsqu’il reçoit des explications sur la marche à suivre pour gérer tous ces renseignements, que le patient a besoin d’un coup de pouce. »

Une amélioration du suivi de la maladie chronique

Les partenaires du projet imec.icon ROBO-CURE ont donc voulu savoir si les robots sociaux pouvaient être mis à contribution pour améliorer le suivi et l’information des patients atteints de cette maladie chronique. Brecht Vermeulen, maître de recherche du projet et directeur technique des infrastructures de test chez IDLab, un groupe de recherche de l’imec à l’UGent déclare : « Nous avons utilisé des robots sociaux pour la première fois et avec succès : ces robots proposent un accompagnement autonome de longue durée aux petits patients diabétiques, dans le cadre de plusieurs scénarios. Les enfants et leurs parents ont réagi très positivement à l’interaction avec le robot. Celui-ci est équipé de capteurs et d’une connexion IdO qui, à l’intérieur de l’hôpital, lui permettent de détecter l’arrivée des repas dans la chambre ou de lire en temps réel les données d’un système de mesure du glucose. Grâce à des techniques d’apprentissage automatique, il peut également apprendre à reconnaître des objets ou mettre en lumière des schémas quotidiens sur la base des renseignements collectés. Le traitement peut ainsi être personnalisé et adapté plus rapidement. Ce dernier élément se révèle absolument crucial dans les semaines qui suivent le diagnostic. »

Les petits patients ont fait la connaissance du robot lors de leur hospitalisation, juste après le diagnostic. Avec leur famille, ils ont par ailleurs pu effectuer un séjour de 24 heures à HomeLab, une smart home (une initiative de l’imec et de l’UGent) dans laquelle évolue le robot mais qui est également équipée d’une multitude de capteurs environnementaux, dont des caméras, des tags NFC sur les aliments ou des détecteurs de mouvement sur le réfrigérateur, les armoires et les portes.

L’UZ Brussel va intégrer l’utilisation du robot dans le travail journalier de sa Clinique du diabète. « Lors d’une prochaine phase, nous allons chercher comment reprogrammer le robot pour le faire intervenir dans le traitement d’autres maladies chroniques, l’obésité par exemple. Nous allons également essayer de l’optimiser encore et de faire fonctionner ensemble plusieurs exemplaires afin de pouvoir proposer leur aide à un nombre accru de patients », conclut la Prof. Inge Gies.

À propos du programme de recherche imec.icon

Le programme imec.icon réunit des équipes de recherche multidisciplinaire composées de scientifiques et d’industriels dans le but de développer une solution numérique en réponse à un besoin concret en innovation. Les partenaires du projet imec.icon ROBO-CURE sont l’UZ Brussel, Cronos, QBMT, Medtronic Belgium, l’imec, l’UGent et la VUB. Le projet ROBO-CURE a été cofinancé par l’imec, Innoviris et l’Agentschap Innoveren en Ondernemen.

À propos de l’imec

L’imec est un pôle de recherche et d’innovation qui fait autorité à l’échelle mondiale dans le domaine de la nanoélectronique et de la technologie numérique. L’institut se caractérise par son rôle moteur dans la technologie des micropuces et par son expertise en matière de logiciels et de technologies de l’information et de la communication. L’imec possède des infrastructures tout à fait exceptionnelles ainsi qu’un écosystème local et international de partenaires dans une multitude de secteurs. Nous œuvrons ensemble à des innovations révolutionnaires qui ont plusieurs domaines d’application : soins de santé, ville et mobilité intelligentes, logistique et industrie 4.0, énergie et enseignement.

L’imec s’affirme comme un partenaire fiable pour les entreprises, les start-ups et les universités, il réunit plus de 4000 scientifiques de haut vol originaires de 97 pays. Son siège est situé à Louvain, tandis que ses groupes de R&D sont répartis entre plusieurs universités flamandes, mais aussi aux Pays-Bas, à Taiwan et aux États-Unis. L’imec possède par ailleurs des bureaux en Chine, en Inde et au Japon. En 2018, le produit d’exploitation de l’imec s’élevait à 583 millions d’euros. Pour d’autres informations, rendez-vous sur www.imec-int.com.

Imec est une marque déposée pour les activités d’IMEC International (« fondation d’utilité publique » de droit belge), d’imec Belgique (IMEC vzw, avec le soutien de l’Autorité flamande), d’imec Pays-Bas (Stichting IMEC Nederland, qui fait partie du Holst Centre, lequel bénéficie du soutien du gouvernement néerlandais), d’imec Taïwan (IMEC Taiwan Co.) et d’imec Chine (IMEC Microelectronics (Shanghai) Ltd.), d’imec Inde (Imec India Private Limited) et d’imec Floride (IMEC USA Nanoelectronics Design Center).

Première utilisation d’un robot social pour encadrer les soins de santé des patients diabétiques à l'UZ Brussel
Première utilisation d’un robot social pour encadrer les soins de santé des patients diabétiques à l'UZ Brussel
Contactez-nous
Gina Volkaert Responsable communication externe, UZ Brussel
Hanne Degans Press Communications Manager, imec
Gina Volkaert Responsable communication externe, UZ Brussel
Hanne Degans Press Communications Manager, imec
A propos de UZ Brussel

L’Universitair Ziekenhuis Brussel est un hôpital universitaire avec plus de 3.800 collaborateurs. Il est attaché à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de la Vrije Universiteit Brussel sur le Brussels Health Campus à Jette. Avec 721 lits hospitaliers, il totalise chaque année 30.779 admissions de patients de notre pays et de l’étranger, 412.246 consultations (urgences non comprises) et 78.840 passages par les urgences. Sa philosophie est basée sur trois principes : néerlandophone, pluraliste et social. En tant qu’hôpital universitaire, il a aussi une mission de formation et réalise de la recherche scientifique.

Découvrez le rapport annuel 2020 : www.laforcedelalumiere.be

UZ Brussel
Avenue du Laerbeek 101
1090 Jette