L’UZ Brussel en lutte plus que jamais contre l’utilisation irréfléchie de l’hydratation par voie veineuse

Le premier programme ‘Fluid Stewardship’ démarre à l’UZ Brussel

Si un patient reçoit une mauvaise hydratation ou une hydratation trop importante via une perfusion, cela peut être néfaste pour lui, voire fatal. Les médecins et les infirmiers doivent être davantage conscientisés à la question de savoir quand, combien et combien de temps une perfusion d’hydratation doit être administrée. Surtout chez les patients dans un état critique et chez les enfants, cela peut faire une grande différence et permettre d’éviter que des organes ne gonflent et que des fonctions organiques se détériorent (1). C’est pourquoi, durant la semaine de la sécurité du patient, l’UZ Brussel a lancé le premier programme ‘Fluid Stewardship’ afin que les médecins et les infirmiers aient une utilisation réfléchie des perfusions, comme c’est aujourd’hui déjà dans les mœurs pour l’usage des antibiotiques. Une bonne politique en matière de perfusions est aussi une des priorités des ‘International Fluid Academy Days’ qui ont lieu les 23 et 24 novembre à Amsterdam. 

Seulement quatre bonnes raisons 

“Lorsqu’ils sont hospitalisés, les patients reçoivent très souvent une perfusion d’hydratation. Ils trouvent cela normal. Lorsqu’un patient sait boire lui-même, ou lorsque de l’hydratation peut lui être administrée via une sonde gastrique, c’est toutefois superflu (2,3). Il n’y a que quatre bonnes raisons pour mettre une perfusion. Chez les patients qui sont en choc, par exemple après un traumatisme ou une toxémie, chez des patients qui perdent du liquide et donc se déshydratent (par exemple en raison de brûlures, de vomissements ou de diarrhées), chez des patients qui ne peuvent ou ne savent pas boire pour une raison ou une autre, et enfin pour administrer des nutriments à un patient qui ne sait pas avaler suffisamment de calories,” explique le Pr Manu Malbrain, chef du service de Soins intensifs de l’UZ Brussel, qui a démarré la lutte contre l’utilisation irréfléchie d’une perfusion d’hydratation.

Une perfusion n’est pas juste une poche d’eau

Les directives pour une bonne politique en matière de perfusions ont été publiées plus tôt cette année dans les Annals of Intensive Care (3). “Nous devons y sensibiliser médecins et infirmiers activement, tout comme ils le sont déjà fortement aujourd’hui par rapport à l’usage des antibiotiques. C’est pourquoi nous montrons l’exemple à l’UZ Brussel avec le lancement du programme ‘Fluid Stewardship’ qui nous permet de former un tandem de soins médecin-infirmier, afin d’administrer, dans les différents services, des perfusions d’hydratation uniquement lorsque c’est vraiment nécessaire. Ils veilleront, conjointement avec les équipes de soins, à ce que les perfusions contenant des nutriments soient administrées au bon moment, à la bonne dose, à la bonne vitesse et au bon volume,” poursuit le Pr Malbrain, le moteur derrière ce programme. Cette approche est présentée cette semaine au cours de la 7ème édition de l’IFAD (International Fluid Academy Days). “J’espère qu’avec notre initiative, nous pourrons aussi inspirer d’autres hôpitaux, parce qu’une perfusion d’hydratation n’est pas juste une poche d’eau. Elle doit être considérée comme un véritable médicament, avec des indications, des contre-indications et éventuellement des effets secondaires néfastes.” 

Le programme ‘Fluid Stewardship’ a été développé à l’UZ Brussel par le groupe de travail ‘perfusions’ du Comité médico-pharmaceutique, sous la direction de son président, le Pr Alain Dupont, et en collaboration avec le médecin urgentiste, le Dr Simon Scheyltjens et la pharmacienne hospitalière, Stéphanie Wuyts.

REFERENCES:

(1) Jacobs R, Jonckheer J, Malbrain M: Fluid overload FADEs away! Time for fluid stewardship. J Crit Care 2018.
(2) Langer T, Limuti R, Tommasino C, van Regenmortel N, Duval E, Caironi P, Malbrain M, Pesenti A: Intravenous fluid therapy for hospitalized and critically ill children: rationale, available drugs and possible side effects. Anaesthesiology intensive therapy 2018, 50(1):49-58.
(3) Malbrain M, Van Regenmortel N, Saugel B, De Tavernier B, Van Gaal PJ, Joannes-Boyau O, Teboul JL, Rice TW, Mythen M, Monnet X: Principles of fluid management and stewardship in septic shock: it is time to consider the four D's and the four phases of fluid therapy. Annals of Intensive Care 2018, 8(1):66.

A propos de l’IFAD

Le Pr Malbrain (UZ Brussel) et le Dr Van Regenmortel (ZNA Stuivenberg, Anvers) sont ensemble, avec quelques collègues internationaux, le moteur depuis 2011 derrière les ‘International Fluid Academy Days’, un congrès de deux ou trois jours qui se déroule cette année à Amsterdam. Ils entendent y sensibiliser les médecins à un usage correct de l’hydratation en IV. Chaque édition accueille quelque 500 médecins et infirmiers des quatre coins du monde. 

Durant cette édition 2018, pour la première fois, les présentations seront aussi retransmises en direct (en livestream), via la homepage (www.fluidacademy.org). Plus de 1000 collègues du monde entiers se sont déjà inscrits pour suivre le congrès de cette façon. 

L’inscription au livrestream du congrès d’aujourd’hui et demain est gratuite et peut encore se faire via ce lien : https://www.linkedin.com/pulse/join-us-free-webinar-fluid-management-nov-23-manu-malbrain/

Le message ‘Fluid Stewardship’ continuera à être porté par le Pr Malbrain au Brésil avec un mini IFAD à Sao Paulo le (28 novembre 2018), à Rio de Janeiro (le 5 décembre 2018) et à Campinas (le 29 mai 2019). La prochaine grande édition IFAD aura lieu en 2020 à Bruxelles.

Contactez-nous
Gina Volkaert Responsable communication externe at UZ Brussel
Edgard Eeckman Porte parole at UZ Brussel
Gina Volkaert Responsable communication externe at UZ Brussel
Edgard Eeckman Porte parole at UZ Brussel
A propos de UZ Brussel

L’Universitair Ziekenhuis Brussel est un hôpital universitaire avec plus de 3.600 collaborateurs. Il est attaché à la Faculté de Médecine et de Pharmacie de la Vrije Universiteit Brussel sur le Brussels Health Campus à Jette. Avec 721 lits hospitaliers, il totalise chaque année 30.330 admissions de patients de notre pays et de l’étranger, 369.410 consultations (urgences non comprises) et 72.881 passages par les urgences. Sa philosophie est basée sur trois principes : néerlandophone, pluraliste et social. En tant qu’hôpital universitaire, il a aussi une mission de formation et réalise de la recherche scientifique.

UZ Brussel
Avenue du Laerbeek 101
1090 Jette